En poursuivant votre navigation sur Centaure.com, vous acceptez l’utilisation de cookies qui nous permettent de réaliser des statistiques de visites et d’améliorer la qualité des contenus proposés. En savoir plus.
Logo Nord-Est Le leader de la formation à la sécurité routière
menu
contact
Stages récupération de points Stages clients Groupama Stages Grand Public Stages Particuliers
juin 2019
 

Les nouvelles mobilités

Autopartage, covoiturage, vélo, trottinette électrique… les nouvelles formes de mobilité se développent pour trouver des alternatives moins polluantes, préserver l’environnement et faciliter les déplacements au quotidien, aussi bien dans le cadre des déplacements personnels que professionnels. Centaure fait le point sur ces nouveaux modes de déplacement et la réglementation mise en place pour accompagner leur bon déploiement.
/local/uploaded/paragraph/article-dossier-mobilite.jpg
La voiture est le moyen de déplacement le plus plébiscité avec 70 %* des Français qui l’utilisent pour aller au travail. Elle est également privilégiée pour de courtes distances. En effet, 40 %** des déplacements automobiles sont réalisés pour une distance de moins de 3 km.

36 ans après la dernière loi d’organisation des transports, le Gouvernement a étudié un projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) pour établir une nouvelle politique de mobilités plus adaptée à l’environnement et faciliter les déplacements en les rendant plus accessibles. Des alternatives se développent déjà en libre service tels que les Nouveaux Véhicules Electriques Individuels (NVEI), le covoiturage ou l’autopartage.

Les 15 mesures du plan mobilité seront mises en place d’ici 2022.

Les mesures de la loi d’orientation des mobilités (LOM)

1. Des solutions alternatives à la voiture individuelle sur 100 % du territoire

Pour améliorer la mobilité, des systèmes de covoiturage, de transports à la demande ou la mise en place de véhicule en autopartage sont développés sur les territoires français. Les intercommunalités ont jusqu’en 2021 pour organiser cette mobilité, à défaut ce sera la région qui se saisira de cette compétence.
Exemple d’alternative développée dans des villes françaises : l’autopartage en boucle ou en libre service (free-floating). Selon l’Ademe, la voiture en autopartage remplace 5 voitures personnelles et libère 4 places de stationnement.

2. Une augmentation de 40 % des investissements pour améliorer les transports du quotidien

Depuis des décennies, la priorité s’est portée sur de grands projets au détriment des transports de la vie quotidienne. 13,4 milliards d’euros vont donc être investis dans l’amélioration des déplacements du quotidien : entretien du réseau routier et ferroviaire, désenclavement des territoires ruraux, renforcement de l’offre de trains, transports en commun propres... 51 % de ces investissements seront consacrés au ferroviaire, 39 % à la route.

3. La priorité à la remise en état des réseaux routier et ferroviaire

Avant la construction de nouvelles infrastructures, la priorité sera d’améliorer l’existant pour gagner en qualité et fiabilité. 3,6 milliards par an seront consacrés à la remise à niveau du réseau existant.

4. Développer les transports en commun et désenclaver les territoires

Plusieurs programmes d’investissement vont être injectés dans les transports pour désenclaver les routes des moyennes et petites villes. Un budget de 1 milliard d’euros sur 10 ans sera investi pour développer des axes routiers.

5. La mobilité des personnes en situation de handicap facilitée

La vie quotidienne en transports est souvent compliquée pour les personnes en situation de handicap. Des aménagements seront prévus dans les transports en commun et les itinéraires d’accessibilité seront rendus publiques.

6. Un accompagnement à la mobilité pour tout demandeur d’emploi

Afin de faciliter l’intégration professionnelle et sociale, la loi mobilité va mettre en place un accompagnement individualisé pour tous les demandeurs d’emploi.

7. 100 % des informations sur l’offre de mobilité accessibles sur internet

D’ici 2021, les collectivités seront tenues de développer des applications et des services qui regrouperont les informations de transports (prix, services, disponibilités ...).

8. Des navettes autonomes en circulation dès l’année 2020

Dans les territoires plus reculés, les services de bus sont moins nombreux et réguliers. Pour palier à ce manque, des navettes autonomes seront mises en place dès 2020.
Depuis le 6 juin 2019, l’Assemblée Nationale a habilité le gouvernement à adapter la législation des véhicules autonomes dans le Code de la route en cas de circulation. A ce jour, 80 expérimentations sont menées dans les territoires.

9. Un forfait mobilité durable : jusqu’à 400 €/an pour aller au travail en vélo ou en covoiturage

Les employeurs peuvent participer aux frais de déplacement des salariés qui se déplacent en voiture ou en transports en commun. Depuis le 11 juin, les entreprises sont encouragées à verser jusqu’à 400 euros pour favoriser le covoiturage et le vélo pour les trajets domicile-travail de leurs salariés. Ce montant est exonéré de charges sociales et fiscales et cumulable avec d’autres aides financières.
Cette mesure vient renforcer le plan de mobilité (PDE) qui oblige, depuis le 1er janvier 2018, les entreprises de plus de 100 salariés à proposer une alternative à la voiture personnelle. Par exemple : promouvoir le vélo, améliorer l’accès des bâtiments par les piétons ou encore aménager les horaires de travail.

10. Un plan pour développer le covoiturage

Un plan covoiturage est en cours de développement dans les territoires pour aider les collectivités à inciter les citoyens à l’usage du covoiturage au quotidien. Des subventions sont versées pour les collectivités mettant en place des services de covoiturage. Par exemple, Colombes ,en Ile-de-France a mis en place une voie dédiée aux covoiturages sur l’A86.

11. Un plan vélo pour tripler sa part dans les déplacements d’ici 2024

Seuls 3 % des Français utilisent quotidiennement le vélo. C’est pourtant le moyen de transport le plus accessible financièrement, mais il y a des freins. Pour les lever, 350 millions d’euros seront investis pour développer les parkings, les pistes cyclables et lutter contre le vol.

12. Un nouveau cadre pour les solutions en libre-service

Les nouveaux véhicules électriques individuels se développent sur les territoires en alternative à la voiture. La mise en place d’un cadre législatif pour faire respecter des règles est en cours afin d’éviter les accidents et les débordements. L’article 18 de la LOM a ainsi défini un cadre réglementaire qui sera en vigueur en septembre 2019 avec un décret permettant la modification du Code de la route.
Des règles de sécurité et de circulation des nouveaux modes de déplacement personnels motorisés (trottinette électrique, gyropode, monoroue électrique...) ont été définies : âge minimum, interdiction de rouler sur les trottoirs, limitation de la vitesse, port du casque, avertisseur sonore...

13. Le déploiement du véhicule électrique facilité grâce aux bornes de recharge électriques

La loi Mobilité va rendre obligatoire l’équipement de bornes de recharge électrique dans les parkings de plus de 10 places des bâtiments neufs ou en rénovation. Cette obligation sera étendue aux parkings de plus de 20 places non résidentiels d’ici 2025. L’objectif est de ne plus avoir de voitures roulant au diesel ou à l’essence d’ici 2040.

14. Le déploiement de zones à faibles émissions pour un air plus respirable

Une limitation de circulation sera déployée sur certaines zones à faibles émissions. A ce jour, 15 collectivités se sont engagées à en mettre une en place d’ici 2020.

15. Le permis de conduire moins cher et plus rapide

Enfin, des mesures ont été prises pour diminuer les couts de 30 % du permis de conduire et favoriser l’accès au permis au plus grand nombre. Pour ce faire, 10 mesures ont été votées et seront mises en place entre aujourd’hui et 2020.
Pour en savoir plus, consulter notre article sur « Le permis pour tous ».

Les alternatives mises en place en entreprises

Suite au vote de l’article 26A de la loi d’orientation des mobilités voté le 11 juin 2019, les entreprises gérant un parc automobiles dont le poids en charge est inférieur à 3,5 tonnes vont devoir faire entrer dans leur flotte 10 % au minimum de véhicules à faibles émissions dès 2022 pour atteindre 50 % de la flotte en 2030.

Elles sont également encouragées à favoriser les déplacements alternatifs (covoiturage, autopartage, vélos etc) afin de participer activement à cette transformation de la mobilité.

Suite au vote du 11 juin 2019 par l’Assemblée nationale du forfait mobilités durables pour que les employeurs participent au financement des frais de trajet, Klaxit et Sodexo ont présenté le « Pass Mobilité Durable ». Ce pass pour les employés finance leurs trajets en covoiturage avec un plafond de 200 euros, qui passera à 400 euros en 2020.

Vinci Autoroutes et Blablacar ont mis en place des navettes (Ulys) reliant une gare routière de centre ville à un parking de covoiturage Vinci Autoroutes. Cette navette rassemblera les covoitureurs et les conducteurs pour faciliter le covoiturage.

Lyreco, entreprise de fournitures de bureau qui emploie près de 1 200 commerciaux et chauffeurs-livreurs qui roulent toute l’année, s’est mobilisée pour diminuer son empreinte carbone en mettant en place un plan de mobilité interne. La réduction des trajets pour se rendre au travail, la diminution des déplacements professionnels et l’évolution des modes de travail sont les priorités. Pour y répondre, une plateforme de covoiturage entre collaborateurs a été mise en place. En parallèle, le télétravail est développé pour limiter les transports et tous les déplacements se font exclusivement en train au-delà de 200 km.

* Source : INSEE
**Source : https://trottinette-lab.fr/co2-trottinette-electrique/

 
Pour plus d'informations sur le réseau Centaure,Contactez-nous
Accueil

11 centres
de formation

Alsace - Lorraine Bourgogne - Franche Comté Bretagne Centre Atlantique Midi-Pyrénées Nord-Est Paris - Ile-de-France Paris - Normandie Provence - Méditerranée Rhône-Alpes Sud-Ouest
N°1 de la formation à la conduite sécurité sur site protégé, Centaure se distingue par des infrastructures et ses équipements au service des conducteurs.

11 CENTRES DE FORMATION
CHOISISSEZ LE VOTRE !

Centre n°1


Nord-Est
/FCKeditor/UserFiles/Image/Visuels-Centre-Page-d-accueil/centre-sud2.jpg
A 30 KM AU SUD DE LILLE :
DES PLATEAUX D’EXERCICES
1 PARC DE VEHICULES CENTAURE
1 CONTROLE TECHNIQUE


Centaure
1, rue Albert Carré
62110 HENIN-BEAUMONT

Tél. : 03 21 20 37 77
Fax : 03 21 49 30 73
Plan d'accèsLe centrePédagogieL'équipe
Formation pour l'entrepriseFormation pour
l'entreprise
Stage récupération de pointsStage récupération
de points
Stage prévention sociétaire GroupamaStage prévention
sociétaire Groupama
Stage prévention sociétaire Groupamastage particuliers

Nos 11 centres ...

Nos 11 centres régionaux de formation :

menu - nos centres

 
Suivez-nous
Partenaires
Groupama
Valid XHTML 1.0 Transitional